Palos

Vous trouverez ci-dessous une étude des principaux styles et Palos du Flamenco et les compas qui s’y rattachent
Source : Site Musique Alhambra et Flamenco Attitudes de Gabriel Sandoval
Alegría

Chant d’origine Gitane (Cãdiz) .

Alegria signifie ‘Joie’, Allégresse. C’est effectivement un chant festif . Il se caractérise par son dynamisme, sa désinvolture et sa grâce.

Dans ce chant, on vocalise le traditionnel ‘tirititrán’ qui, selon Chano Lobato, fut inventé par Ignacio Espeleta lors d’une fête au cours de laquelle il avait oublié les paroles.

Parmi les grands interprètes de ce genre, nous citerons Camarón, la Perla, Fosforito, Aurelio Sellés, Pericón de Cadix. La danse se caractérise par un jeu de percussions très prononcé et une partie calme appelée ‘silence’.

Pour la guitare, l’entrée se fait avec cinq rasgueados lents , avec un temps d’attente , puis quelques falsetas pour entrer dans la partie escobilla; celle-ci est maintenue jusqu’à ce que la bailaora fasse la llamada pour fermer. Puis vient le paseillo accompagné de rasgueo qui se termine avec une llamada et, à nouveau, la escobilla et la llamada pour terminer avec la ida de alegrias.

Compás (accents soulignés)  :
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 

Lien Baile Flamenco
Bulería
Compás (accents soulignés)  :
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 

Lien Solo Compás Bulerías

Origine: Gitane (Granada)

C’est surement le style le plus inventif, le plus complexe et le plus riche sur le plan harmonique et rythmique. Son nom viendrait de burla (moquerie).

Il est fréquent d’enchaîner une buleria après une solea, car leur forme littéraire est la même.

Chant de fête par excellence, le buleria exprime cependant tous les états d’âme,  elle est inséparable de la danse. Elle plonge parfois l’auditoire dans un état émotionnel proche de la transe.

Selon le guitariste Bernardo sandoval, il existe une grande similitude entre la façon de faire «tourner» un compas de buleria et certains rythmes vaudous.

Cantiñas

Désigne l’ensemble des styles originaires de Cãdiz, joyeux et plein de vie, dont on suppose qu’ils proviennent de l’ancienne jota de Cãdiz.

Demofilo Machado disait en se référant à elles qu’elles sont capables de ressusciter un mort et de lui faire prendre des béquilles pour danser.

Elles incluent les alegrías, les caracoles, les mirabrás et les romeras.

Pour danser, ces styles de chant étaient indispensables dans toutes les fêtes flamencas. Au fur et à mesure que la mode des cafés cantante s’installa, ils furent de plus en plus utilisés.

Ils représentaient la grâce et l’allégresse des groupes flamencos pendant de nombreuses années. La danse qui correspond à ces styles se caractérise, entre autre, par un braceo harmonieux, des mouvements ondulatoires, des punteados suaves et des escobillas. Ses compas sont proches de la soleá, étant également apparentés à la buleria, c’est à dire qu’elles appartiennent à un groupe de compás à 12 temps.

Compás (accents soulignés)  :
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 
Fandangos
Compás (accents soulignés)  :
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 

Lien Solo Compás Fandango

Son origine est restée très vague. Pour certains, ce style tiendrait son nom du portuguais fado, qui désigne un chant et une danse typiques. Ce qui est certain en tout cas, c’est que le fandango a d’abord été un chant destiné à accompagner une danse, qui a reçu le même nom.

Pour comprendre les formes du fandango chanté, il est donc nécessaire de comprendre les structures de la danse du fandango. Celle-ci est exécutée sur 3 temps, d’une façon très vive et très enlevée, au son de la guitare, des palmas et des castagnettes. Le fandango reste une danse extrêmement répandue en espagne

Il existe beaucoup de fandangos différents, que l’on peut classer en fonction de leur origine géographique (Huelva, Malaga, Lucena..), du style de leur créateur dont ils portent le nom (Gloria, Cepero ..), ou du style dont ils sont dérivés (malagueñas, cantes de levante…).

Tous les thèmes peuvent être abordés: l’amour, la mort, la haine, le désir, la passion, le bien ou le mal, le religieux comme le profane

Garrotín

Certains considèrent ce style, originaire des Asturies, comme un chant folklorique, mais le garrotin est de plus en plus souvent intégré au flamenco, à l’instar des sévillanas, des milongas ou des campanilleros. Il a été rendu populaire par la grande Carmen Amaya.

Le nom de ce chant, à l’origine un peu confuse, viendrait du mot Garote qui signifie ‘Gourdin’. La danse qui l’accompagne, son rythme enlevé, ses coplas très colorées le destinent volontier à la fête. Son refrain est toujours le même et répété entre chaque strophe

Lien Solo Compás Garrotín
Rondeña
Ce style doit son nom au village de Ronda, dont il est originaire.
Proche de la Malagueña, il s’est transformé en se répandant vers l’intérieur des terres et les hauteurs de la Sierra, devenant notamment moins mélancolique.
Sevillanas
La sevillana est une danse populaire espagnole originaire de Séville, qui se danse à deux, à un ou plusieurs couples, en cercle ou en groupe.
Elle se danse en 4 parties. Elles ont le nom de leurs positions chronologiques :
  • primera : la rencontre
  • segunda : la séduction
  • tercera : la dispute
  • cuerta : la réconciliation

Le baile est gracieux , plein de vivacité et de dynamisme.

Il s’ exécute sur une série de 4 coplas, avec, pour chacune d’elle une chorégraphie distincte, avec quelques brèves intervalles de l’une à l’autre.

Les mouvements et techniques utilisés sont entre autre les ‘paseillos’, les ‘pasadas’, les ‘zapateados’ et les ‘pateos’. Son compás est de 3x4, c’est donc un rythme à trois temps. Le premier est fort, et les autres sont plus légers.

Compás (accents soulignés)  :
2 3 4  5 6 7 8 9 10 11 12 

Sevillanas Carlos Saura
Seguiriya
Compás (accents soulignés)  :
 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 

Lien Solo Compás Seguiriya

La seguirilla ou siguiriya appartient au cante jondo.

Ce palo est apparue à la fin du 18è siècle, elle est la quintessence du flamenco. C’est un chant qui vient de l’intérieur, du plus profond de soi, de ce cœur d’où jaillissent les sentiments. Sa copla se compose souvent de 3 ou 4 vers.

La danse qui l’accompagne est sobre, épurée, pathétique, majestueuse . Le premier bailaor qui défendait ce style fut Vicente Escudero et, plus tard, Pilar Lopez qui introduisit dans ce baile les castagnettes. C’est le baile le plus jondo du flamenco.

Il exprime toute la tragédie humaine, la solitude, l’angoisse et le désespoir de l’homme. La danse qui l’accompagne est épurée, lente, solennelle et majestueuse.

Soleá

Origine Gitane. Palo qui vient du mot  » Soledad » qui signifie solitude.

C’est le chant basique du Grand Flamenco,  » la reine du cante jondo par sa beauté fulgurante » . Elle dépeint des sentiments profonds .

La danse qui l’accompagne est superbe, sommet de grâce et d’harmonie, elle est la danse féminine par excellence. C’est le baile le plus approprié pour utiliser des marquages, des figures et des paseillos. Les zapateados et les pateos jouent également un rôle important. Il se distingue des autres palos par la solennité de l’interprétation et par l’importance du sentiment exprimé qui passe en premier plan. Le compás de la solea est un schéma basique de 12 temps du même groupe.

Compás (accents soulignés)  :
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 

Lien Baile Flamenco Soleá
Taranta

Lien Solo Compás Taranta
Origine Gitane (Almería). Comme la cartagenera, la taranta est un chant de la région de Levante. Provenant de la mine, il exprime la résignation et le désespoir des mineurs face à leurs conditions de vie difficiles.

Tangos

Origine Gitane. L’ancienneté de ce palo remonte aux premières connaissances que l’on a de cet art. Cante dansable dont le berceau se trouve à Séville et Cãdiz, il est considéré comme l’un des quatre piliers du flamenco. Il n’a aucun lien avec le tango argentin. Sa version lente est appellée ‘tiento canastero’. L’accompagnement de la guitare est rythmé et stimulant. Il s’interprète à la danse en suivant le compás avec des mouvements gracieux et sensuels. Son compás est facile à identifier. En effet,  le premier est un silence et les temps 2, 3 et 4 se marquent.
Compás (accents soulignés)  :

1 2 3 4  /1 2 3 4/1 2 3 4

Lien Sólo Compás Tangos

Tiento

Lien Ritmo Flamenco Tientos

Chant dont la copla se compose de 3 ou 4 vers octosyllabes, qui appartient à la famille des tangos. C’est un chant récent, probablement du début du 20è siècle, postérieur au style dont il procède, le tango et avec le même compas que celui-ci, bien que plus lent , solennel et sentencieux.

Son premier interprète fut Diego el Marruro. Don Antonio Chacon est l’un des plus anciens diffuseur de ce genre, Manolo Vargas, Antonio Mairena, Pepe de la Matrona, Bernardo de los Lobitos, Manolo Caracol et Terremoto, cultivèrent aussi ce style.

Il est interprété par presque tous les cantaores actuels. C’est un palo qui se danse. Le précurseur de cette danse est le bailaor Joaquin El Feo. C’est une danse majestueuse, sobre et d’une grande tonalité dramaturgique. Selon la tradition orale, ce fut El Marruro qui configura la danse de ce palo, suivit immédiatement après par El Mellizo qui lui donna sa forme actuelle. La Bailaora Rosa Duran est considérée comme l’une des plus grandes interprètes contemporaines de ce palo.